Blog

Une rapide news pour vous signaler la publication d’un article très intéressant sur notre podcast de let’s play de jeu de rôle.

P1PPD : une expérience trans-média ?

Sur le blog de « la Boite à Chimère », Max analyse de manière très poussée le concept de P1PDD sous l’angle du trans-média. Il est vraiment intéressant pour nous d’avoir de tels retours sur notre projet, notamment avec ce recul que nous n’avons pas forcément de notre côté lorsque nous créons nos contenus.

Vous pouvez lire l’article en question ici : trans-MEDIA : Pour une poignée de dés

Un grand merci à Max pour cette analyse fine et enrichissante sur notre travail ! Nous espérons par celui-ci pouvoir apporter notre modeste pierre à l’édifice de la démocratisation du jeu de rôle et à son enrichissement.

La Boite à Chimère

La Boite à Chimère est une association de loi 1901, créée en 2008 avec le double but de partager le plaisir des réunions entre joueurs de tout poil et de favoriser la création et l’émulation dans le domaine ludique.

Les actions de cette association est d’animer, organiser et mettre en forme des soirées jeux thématiques; faire découvrir de nouvelles formes de loisirs; organiser des rencontres trans-média sur la culture de l’imaginaire; et enfin permettre à des créateurs et des acteurs du jeu et des cultures de l’imaginaire de mettre à l’épreuve et de parfaire leur travail.

 

Tout d’abord bonne année 2016 à tous nos auditeurs ! Voici quelques news de notre podcast de jeu de rôle pour bien commencer l’année. 

Diffusion du podcast JDR : la reprise 2016

Comme vous le savez nous avons fait une petite pause dans la diffusion des épisodes pour les fêtes, cela me permet de respirer un peu et de me pencher un peu plus en détail sur le scénario de la saison 2 de nos aventures rôlistes.

Soyez rassuré, l’épisode #10 est déjà monté et programmé pour une diffusion le mardi 19 janvier. Pas de retard donc. Après cela, le rythme habituel de diffusion reprendra (c’est à dire un épisode toutes les deux semaines).

Avec cet épisode #10 le scénario de cette première saison commence à se dévoiler et nous rentrons à peu prêt dans la deuxième moitié en nombre d’épisode.

Les enregistrements de jeu de rôle : ça reprend aussi !

En même temps nous allons reprendre les enregistrements de parties de jeu de rôle pour la saison 2. Les enregistrements commencent samedi prochain avec probablement un petit épisode intermède avant d’attaquer la saison. Hors micro nous mettrons au propre les fiches de perso, les dépenses d’xp etc. et au micro nous devrions enregistrer deux petits segments :
  • Un interlude à diffuser juste après l’épisode #10. On y répondra aux questions des auditeurs et les joueurs donnerons leurs impressions suite à l’écoute de la saison 1.
  • L’inter-partie entre la saison 1 et la saison 2, qui elle ne sera bien évidement diffusée qu’une fois la première saison terminée.

Petit bilan sur l’audience

Le jeu de rôle est une niche et le liveplay JDR encore plus, cependant les statistiques d’audience ne cesse de me surprendre. Nous avons en effet dépassé les 1 000 téléchargements pour le premier épisode ! Le nombre d’abonnés au flux est estimé à 300. J’ai déjà réalisé un podcast (rien à voir avec le jeu de rôle) avec une audience bien bien plus élevée mais je ne m’attendais pas à un tel chiffre pour des enregistrements de parties de jeu de rôle de plusieurs heures. 

Côté réseaux sociaux : 445 followers sur Twitter ce qui est très bien, c’est bien moins le cas sur Facebook avec seulement 38 « likes » (l’acquisition m’y semble bien plus difficile étant un réseau fermé).

En tout cas merci à tous de votre soutient et continuez à partager P1PDD autour de vous, sur les réseaux et à mettre des liens vers notre site 🙂

Posez vos questions à P1PDD !

N’hésitez pas à poster toutes les questions que vous souhaitez en commentaire afin que l’on y réponde dans l’épisode « interlude » enregistré dans une semaine ! 
 
A très vite pour l’épisode #10 !

Maintenant vous savez dans quel univers nos joueurs évoluent, il est temps de dire quelques mots sur Vampire la Mascarade.

La Mascarade est un jeu de rôle contemporain-fantastique deWhite Wolf Publishing publié en 1991. Il s’inscrit dans l’univers «gothique-punk» nommé Monde des Ténèbres dont il est le premier jeu. En effet, d’autres factions existent au sein de cet univers, celles ci n’étaient tout d’abord pas jouables, puis des jeux spécifiques furent développés.

Vampire la mascarade vu l’un des plus grands succès du jeu de rôle mondial, une référence, et l’univers de World of Darkness fut enrichie d’un très grand nombre d’ouvrages.

Plusieurs révision des règles sont faites, l’univers aussi évolue petit à petit (notamment pour le meta-plot). En 2004, un complet reboot est réalisé, sous le nom de Vampire the requiem. Les règles sont modifiées et l’univers totalement remanié.

 

Les principales thématiques de Vampire la Mascarade

Ce jeu de rôle est particulièrement intéressant par les thématiques qu’il traite. En effet, les vampires sont des prédateurs nocturnes figés éternellement dans un état entre la vie et la mort, cela permet d’aborder des problématiques telles que :

  • l’immortalité : interêt pour la vie (ou ici la non vie), voir ses proches disparaitre, le rapport au temps et aux évolutions de la société, à la technologie etc.)
  • l’humanité : déchirés par un conflit intérieur entre leur partie humaine, et la bête assoiffée de sang qui sommeille en eux, les vampires sont en constant tiraillement. Cela commence par la nécessite de se nourrir, puis la confrontation avec les anciens et les horreurs de la société vampirique font sombrer petit à petit les ex-humains…

 

Vampire la Mascarade 20ème anniversaire

20 ans après la sortie de la version originale une nouvelle révision est publiée sous le nom de Vampire la Mascarade 20ème anniversaire. Elle est basée sur Vampire la Mascarade (et non Vampire Requiem), les règles sont légèrement modifiées et l’univers replacé avant la conclusion des éditions précédentes.

L’ouvrage principal est une belle compilation du livre de base et de nombreux suppléments.

C’est cette édition qui est utilisée pour ce podcast.

vampire la mascarade 20ème anniversaire

 

Pour en savoir plus :

Lors de l’épisode 3 de notre jeu de rôle vous avez entendu parlé du nouveau nouveau cadre de vie du personnage de Swann, Tamara Eutrope. Il s’agit d’une partie de la petite ceinture, au niveau du parc des buttes Chaumont.

Mais tout d’abord, qu’est ce que la petite ceinture ?

Qu’est ce que la petite ceinture

La ligne de Petite Ceinture de Paris est une ancienne ligne de chemin de fer serpentant sur 32 kilomètres et qui faisait le tour de Paris à l’intérieur des boulevards des Maréchaux. Datant des années 1852-1869, elle fut d’abord utilisée pour le transport des marchandises puis des passagers, avant d’être finalement désaffectée en 1934.

background JDR photo

 

Depuis une petite partie a été réhabilité en balade mais la majeure partie des voies restent désaffectées et interdites au public. Généralement cachée car située dans des tranchées, sur des ponts ou disparaissant dans de longs tunnels, la petite ceinture se fait discrète au sein de la ville, parfait pour le background JDR de Tamara…

background JDR plan

Le tracé de la petite ceinture en rouge

Background JDR de Swann, l’habitat de Tamara

La nouvelle vie de Tamara l’amène à découvrir cet endroit très particulier et à y vivre. Plus spécifiquement elle s’installe avec Max dans la partie nord-est de la ligne à l’endroit où elle traverse le parc des Buttes Chaumont. Les photos de la galerie (ci dessus) ont été prises à cet endroit précis. A ce niveau la petite ceinture est très sauvage et ne fait qu’un avec le parc. Les lieux sombres sont légions car la ligne alterne entre extérieur et longs tunnels recouverts de graffitis.

Ce lieu est prisé par les Gangrels parisien car il est à la fois isolé et sauvage, une exception dans une telle ville.

Pour rappel vous trouverez le background JDR de Tamara ici.

Pour en savoir plus sur la petite ceinture :

 

Dans notre effort constant pour vous donner accès le plus facilement possible à notre podcast, voici le tour de Pocket Casts !

>> Accéder à P1PDD sur Pocket Casts <<

Pour une Poignée de Dés est en effet maintenant disponible sur cet annuaire très populaire et doté d’une version web, d’apps iOS, Android et Windows Phone (les apps étant payantes).

 

discover

 

Après quelques semaines d’utilisation, Pocket Casts s’avère être un très bon service, tant sur le web que sur Android (beaucoup plus ergonomique sur Podcast Addict). On notera qu’il est assez désagréable de devoir référencer sans cesse son émission sur de nouveaux annuaires…

 

N’hésitez pas à nous faire part d’autres plateformes et annuaires dans lesquelles vous souhaiteriez retrouver notre podcast de jeu de rôle.

 

J’entame avec ce premier post une série d’articles sur la réalisation d’un podcast. J’essayerai de traiter tous les aspects, de l’idée à l’organisation, de comment enregistrer un podcast techniquement à comment le diffuser, en passant par le montage.

 

Les différents types d’enregistrement de podcast

Il y a deux grandes familles de podcast :

  • Les podcasts enregistrés en local : les participants sont tous physiquement ensembles autour de la table, l’enregistrement se fait donc avec un studio classique.
  • Les podcasts enregistrés à distance : les participants ne sont pas au même endroit, cela implique la nécessité de passer par internet, avec des logiciels tels que Skype, Hangout etc.

Dans un premier temps nous n’allons traiter que du premier cas. C’est celui dont j’ai l’habitude pour tous mes podcasts, dont Pour une Poignée de Dés, et qui pour moi est l’essence du podcast. Il est en effet bien plus agréable d’être physiquement ensembles et cela présente de grands avantages au niveau de la prise de parole, de l’analyse des réactions physiques de ses interlocuteurs etc.

Cependant nous traiterons aussi le second cas car il est probable que je doive prochainement l’utiliser pour quelques enregistrements…

Techniquement, comment enregistrer un podcast ?

Et non, pas tout de suite, voici encore quelques clarifications de méthode.

 

comment enregistrer un podcast

Le micro de Swann

Encore trois méthodes

Une fois dans la catégorie « enregistrement un podcast physiquement ensemble », il y a encore plusieurs sous-catégories de technique d’enregistrement :

  • Un seul micro multi-directionnel pour capter la discussion de groupe : c’est pas cher car on a besoin d’un seul micro mais le résultat est généralement assez mauvais. En effet, ce type de micro capte les bruits ambiants et les intervenants sont souvent à une distance variable du micro, ce qui entraine des niveaux sonores variables selon les personnes et le moment.
  • Plusieurs micros (un par personne) qui sont connectés à une table/carte son capable d’enregistrer chacune des pistes indépendamment : il s’agit de la meilleure installation car chacun est équipé de son micro et chacune des pistes sonores pourra être traitée indépendamment. Cela offre une précieuse flexibilité pour ceux qui compte faire beaucoup de post-production, en effet on peut à postériori augmenter le niveau sonore d’untel uniquement ou couper la toux d’untel lorsqu’un autre parle. Cette technique demande une carte son et un logiciel qui gèrent le multi-piste, elle demande aussi un peu plus de temps de montage.
  • Plusieurs micros (un par personne) qui sont connectés à une table/carte son qui enregistre le tout sur une seule piste : c’est la technique que nous utilisons pour P1PDD et pour feu Bazingcast. Un bon équilibre entre qualité et rapidité de montage. Il s’agit donc de la technique que nous allons présenter.

 

Comment enregistrer un podcast « mono-piste »

Le point clef des deux dernières installations sont les micros, un par intervenant, qui par leur nature sont très directionnels, c’est à dire qu’ils ne captent que la voix du participant qui est placé très près de son micro et dans l’axe. C’est le premier point pour enregistrer un podcast.

 

Les micros

Nous utilisons des micros « cardioïde » ou micro unidirectionnel. De préférence choisissez des micros électrostatique, encore appelé micro à condensateur, qui donnent un son plus large, avec plus de basse, plus agréable. Ceux ci captent en revanche plus de sons ambiants, ils demandent des conditions d’enregistrement plus strictes. De plus, ils intègrent un système de l’amplification à l’intérieur du micro, ils nécessitent donc l’utilisation d’une alimentation phantom 48V (qui dans notre cas est intégrée dans la table de mixage). On ne peut donc pas brancher ces micros directement sur un port USB par exemple.

Pour être précis, nous utilisons des micros T-Bone SC400, marque de Thomann. Les Audio-Technica AT2020 sont aussi très prisés (mais plus chers). Ne pas oublier la fixation qui va avec.

Le pied des micros est important, choisir quelque chose de petit, stable et simple (sans trop de pièces mécaniques) qui se pose directement sur la table et non de grands pieds.

La bonnette ou le filtre anti-pop sont aussi très important. Le filtre anti-pop est une membrane que l’on rajoute devant le micro, il sert à atténuer les sons en « P » qui saturent le micro. C’est ce que nous utilisions il y a quelques années pour enregistrer un autre podcast, Bazingcast, cependant nous les avons depuis remplacés par des bonnettes qui sont plus pratiques et tout aussi efficaces.

 

Le schéma complet

Voici le plan complet de notre installation d’enregistrement de podcast :

schéma comment enregistrer un podcast

Pour résumer : les micros (5 en réalité) sont branchés à la table de mixage connectée en USB au mac sur lequel tourne Garage Band. Le son ressort ensuite du Mac pour aller vers un ampli (2 en réalité) sur lequel sont connectés les casques des participants. Cette installation permet d’avoir comme retour dans le casque exactement ce qui est enregistré sur le Mac. Connecter les casques directement sur la table de mixage ne donnerait aucune indication aux participants en cas de soucis côté Mac.

Pour ceux qui se demanderait pourquoi il est nécessaire que les participants soient équipés de casques, cela leur permet de les mettre à la place de l’auditeur, de comprendre immédiatement qu’ils ne sont pas entendus si ils s’éloignent du micro, si ils tournent la tête, si l’on n’entend que le paquet de chips qu’ils tripotent etc. Des casques audio fortement isolant sont préférables.

Voilà vous avez les premières infos pour monter un petit studio et enregistrer un podcast. Je complèterais avec d’autres posts sur notamment le montage et la diffusion.

 

Bien évidemment Pour une Poignée de Dés est incomparable, le meilleur liveplay JDR de tous les temps… mais il faut bien remplir son lecteur mp3 :p

Il existe différents types de podcasts qui traitent du jeu de rôle. Dans cet article nous allons essayer de vous en indiquer quelques unes (uniquement francophone).

Podcasts de liveplay jdr

Commençons par les émissions de liveplay, c’est à dire non pas des podcasts sur le jeu de rôle mais des podcasts d’enregistrement de parties de jeu de rôle comme Pour une Poignée de Dés.

  • Par delà les montagnes hallucinées : LE podcast de liveplay de jeu de rôle (qui m’a donné envie de refaire du jeu de rôle et même un podcast sur le jeu de rôle). D’une longévité exceptionnelle et d’une imperturbable régularité (il y a une campagne sur plusieurs années), les joueurs sont physiquement ensembles et les univers sont sympas (Cthulhu, Shadowrun, Carcosa, Les Terres du Milieux). Les scénarios sont des scénarios commerciaux. Les joueurs sont bons. Il y a un bon équilibre entre sérieux, ambiance et humour. Attention, ne pas se fier à la qualité du son horrible des premiers épisodes, ça s’améliore après.

podcast sur le jeu de rôle par dela les montages

  • Club JDR : Du liveplay mais aussi un podcast sur le jeu de rôle (audio), il est réalisé par des podcasteurs, une sorte de crossover permanent. Y participe notamment : une partie de la team de « Par delà les montages hallucinées » ainsi que l’ami Xilrian (ex-bazingcast). Comme la majorité des podcasts du genre il est malheureusement enregistré à distance, ce qui personnellement m’a toujours posé problème quelque soit le type d’émission (mais y a pas à dire c’est beaucoup plus simple à réaliser). Ceci dit, c’est un bon cru !
  • Quid Novi : Un podcast (audio) ami qui fait parfois des hors séries jeu de rôle. Enregistré à distance (Mumble). INSMV, plutôt orienté humour.
  • Plan B : Un autre podcast (audio) ami qui a réalisé exceptionnellement des émission jeu de rôle audio (très peu d’épisodes). Plutôt orienté humour aussi.
  • AVENTURES (Joueur du grenier) : émission vidéo dans un univers médiéval fantastique. J’ai rapidement décroché car il s’agit 1) de vidéo 2) de jeu à distance et 3) de médiéval fantastique… Le principal intérêt en fait est qu’ils utilisent roll20, une suite d’outils permettant de visualiser les lieux et les actions des joueurs. C’est amusant de le voir en action.

Dans ma liste se trouve majoritairement des podcasts audio mais aussi quelques rares émissions vidéos (l’intérêt de la vidéo pour une émission de jeu de rôle étant limité de mon point de vue). Je n’ai pas trop cherché sur Youtube étant plutôt consommateur de podcasts audio (consommation en mouvement) que ce soit pour le jeu de rôle ou d’autres sujets.

Si l’on exclu YouTube on constate qu’il n’y a malheureusement que très peu de podcasts de liveplay de jeu de rôle… pas assez pour obtenir régulièrement son fix dans son gestionnaire de podcast. On peut encore remercier JM Abrassart qui fourni la majorité des heures de podcast francophone de liveplay JDR.

Émissions sur le jeu de rôle

Passons maintenant aux podcasts sur le jeu de rôle et non de jeu de rôle. Ces émissions ne font pas de liveplay mais parlent de divers thèmes autour du JDR.

  • La cellule : le podcast sur le jeu de rôle de manière très cérébrale. C’est parfois too much, souvent passionnant. Je conseille de bien sélectionner ses épisodes en fonction des thèmes qui vous intéresse. J’ai un grand respect pour Romaric qui m’a malgré moi ouvert les yeux sur certaines problématiques liées au JDR.
  • Radio rôliste : un podcast sur le jeu de rôle et uniquement sur le jeu de rôle. L’ami Kobal nous parle par exemple de l’art d’incarner d’être un bon joueur, de comment incarner ses PNJ etc.

 

Cette liste de podcast sur le jeu de rôle s’étoffera petit à petit. Je ferais peut être un post dédié aux podcasts sur le jeu de rôle anglophones lorsque j’aurais eu le temps d’en écouter.

Et vous ? vous écoutez quoi ?

Plusieurs auditeurs m’ont demandé quelle étaient les musiques passées dans le podcast.

L’interprète et le titre de chacune ont donc maintenant été précisés dans le post de chacun des épisodes. Il s’agit du générique (toujours le même, tiré de la série Utopia et retravaillé par mes soins), des musiques de fonds (provenants souvent de bandes originales de films et séries) et de la musique de fin. En revanche les bruitages ne seront pas renseignés.

utopia-serie

L’excellente série Utopia et sa BO

La playlist Spotify

J’ai aussi créé une playlist Spotify qui sera mise à jour au fur et à mesure :

Afin d’apprécier au mieux cette campagne et les actions de nos joueurs nous vous invitons à parcourir les background de nos joueurs. Ceux ci ont été lus dans les trois premiers épisodes mais il peut être intéressant de les relire afin d’avoir tous les éléments pour percer les mystères de cette campagne.

En version web :

En version pdf :

Comment ont ils été créés pour ce jeu de rôle ?

Voici quelques détails sur les conditions de création de ces background de nos personnages pour ce jeu de rôle. Tout d’abord ceux ci ont été totalement libres, n’étant limité que par leur imagination, puis quelques rares légères adaptations ont été faites par le MJ avec l’accord du PJ (modifications vraiment mineures mais qui aurons leur importance) tant d’un point de vu cohérence avec l’univers que la fiche de personnage. C’est après cela que le scénario de cette campagne de jeu de rôle a été finalisée afin de le mettre en adéquation avec les créations des joueurs.

Je suis personnellement favorable à laisser la maximum de libertés aux joueurs dans la création de leur background, en effet cela permet une meilleure appropriation, un meilleur roleplay et un plus fort engagement. C’est au maitre du jeu d’ensuite faire correspondre cela à son univers et son scénario de campagne de jeu de rôle. Dans « jeu de rôle » il y a avant tout rôle, c’est pourquoi le primordial est de soigner le lien entre celui ci et le joueur.

Nom : Mathieu Villard

Joueur : Griffooo

Age : 37 ans

Mathieu Villard est né en banlieue en 1975 d’une famille aux moyens modestes. Il est un enfant plutôt solitaire sans beaucoup d’amis, et va très vite se réfugier dans les jeux vidéo et les romans pour oublier sa vie misérable. Ses parents décèdent alors qu’il a 14 ans. Son père d’une maladie grave inexpliquée, sa mère d’un suicide. Déjà renfrogné, il va peu à peu s’isoler après avoir été récupéré par sa grand-mère. Il va peu à peu se passionner pour les théories du complot et à leur démantèlement et va donc chercher à devenir journaliste pour confronter les faits à la rumeur.

Après des études brillantes au lycée, puis à la fac d’histoire, il va rentrer en école de journalisme. Il finira deuxième de sa promo à l’ESJ Lille. Malgré cette réussite scolaire, la mort de ses parents continue à l’obséder et il cherche à comprendre comment cela a pu arriver, sans toutefois trouver de réponse suffisamment convaincante.

Après ses études, il refusera les propositions de certains grands médias généralistes et décidera de travailler tout seul. Pendant cinq ans, il va travailler en tant que freelance sur des sujets variés comme le reportage de guerre, l’économie et la politique.

Un jour, alors qu’il enquête sur une personnalité, il apprend l’existence et l’activité de l’agence W&B. Il découvre notamment que sous ses couverts d’agence de détective, elle participe également à des activités paranormales. Il se renseigne alors davantage et parvient à entrer en contact avec George Blackmoor. Fasciné par sa curiosité, son instinct et son acharnement, Blackmoor va répondre à certaines de ses questions et le convaincre de travailler au sein de l’agence.

Mathieu Villard ne pourra évidement plus exercer son activité de journaliste à plein temps mais, avec le soutient de Blackmoor à la condition qu’il ne mentionne jamais l’agence et ses clients, il continuera à travailler sur certains sujets qui l’intéressent, notamment pour le compte du Réel, un site Internet d’investigation. Il n’a de contact qu’avec son rédacteur en chef, Raymond Boisron, qui l’a connu à l’ESJ, quasi exclusivement par mail. Raymond Boisron connait son nom, son prénom et son visage, mais ignore tout de l’activité d’agent de Mathieu Villard, qui écrit ses articles sous le pseudonyme de Bernard (le prénom de son père) Martin (le nom de jeune fille de sa mère). Mathieu choisit ses sujets, utilise son activité de journaliste pour se renseigner pour certaines enquêtes de l’agence, et étendre son carnet d’adresses. En moyenne, il n’écrit qu’un article par mois, mais le rythme reste très irrégulier. Choisissant lui-même ses sujets, il refuse d’enquêter pour Le Réel sur un client de l’agence afin de respecter son accord avec Blackmoor. Ce dernier l’encourage à écrire, il va même aller jusqu’à lui proposer des sujets, tous très pertinents et documentés. En revanche il exerce une pression sournoise mais constante afin d’être tenu au courant en amont des sujets abordés par le journaliste. Cela ne manquera pas de provoquer des tensions entre eux rapidement.

S’il a entendu des bruits de couloir dans l’agence sur l’existence de phénomènes paranormaux, il ne peut y croire, étant avant tout quelqu’un de rationnel. Cependant, il n’arrive toujours pas à comprendre la mort brutale de son père, celle-ci restant à ce jour inexpliquée.

Bien qu’il ne soit pas très social il semble que le personnel de l’agence dans son ensemble l’apprécie. Une attention dont il se passerait bien et qu’il attribue à sa relation privilégiée avec Blackmoor, leur patron.

De son père Mathieu n’a gardé qu’une montre dont il ne se sépare jamais, c’est le seul objet qui le lie encore à son histoire familiale. 

Il a très régulièrement des cauchemars, certains plutôt calmes dont il ne comprend pas vraiment le sens, et d’autres, atroces, dont il traine parfois les séquelles pendant plusieurs heures après son réveil.