Blog

J’ai le plaisir de vous annoncer le lancement de Magnéto Rôliste, la communauté francophone des créateurs et des auditeurs d’Actual Play ou toutes parties de jeu de rôle enregistrées !

Tout a commencé par un petit Discord entre créateur de contenus dans lequel un nombre important de podcasteurs et de youtubeurs du milieu se sont retrouvés pour discuter de leurs projets et de leurs difficultés. Rapidement l’idée a germé de faire de même pour nos auditeurs afin que vous puissiez plus facilement échanger avec nous et entre vous. Cela permettra aussi aux auditeurs de découvrir d’autres émissions d’actual play de jeu de rôle qui pourraient leur plaire.

L’objectif est donc de fédérer la communauté sur différents réseaux sociaux pour que vous puissiez suivre les actualités des actual play jdr de façon plus centralisée, discuter avec les créateurs et les joueurs, mais aussi échanger entre vous sur les actual play et le jeu de rôle en général.

Sur le Discord ont été créé des channels généraux mais aussi un channel par émission faisant partie de la communauté. Naturellement tout créateur d’actual play de jeu de rôle peut me contacter à tout moment afin qu’un statut de créateur lui soit attribué et qu’un channel lui soit créé.

Vous y trouverez donc un channel dédié à P1PDD !

Je vous invite à découvrir tout cela très vite sur :

Cheers !

Le premier cycle de notre let’s play de jeu de rôle vient de s’achever. Il est temps de vous parler un peu de la suite.

Construction des prochains cycles

Comme vous le savez déjà le prochain cycle du let’s play P1PDD (Le portail des Astres) sera masterisé par Krilin et avec de nouveaux joueurs, il sera composé de deux saisons dont la première a déjà été intégralement enregistrée. En terme d’ordre de publication les choses vont en revanche un peu changer car il va y avoir une alternance entre les cycles. En effet, la prochaine saison publiée sera la première du cycle du Portail des Astres alors que celle d’après cela celle (unique) d’un nouveau cycle (mono-saison) que je masteriserai.

Nous allons donc mettre en place une alternance entre les cycles masterisés par Krilin et les miens. Autre point qui a été acté : chacun des cycles aura son propre générique et ainsi sa propre identité sonore !

Méthodo de montage et de publication

Vous êtes nombreux à nous avoir fait des retours sur le manque de régularité des publications des épisodes et les longues pauses intervenant en cours de saison. Vous avez totalement raison sur le sujet, c’est un réel problème, cela porte préjudice à l’immersion dans le jeu de rôle et cela défidélise les auditeurs du let’s play… Pour améliorer cela nous avons prévu deux choses : tout d’abord Krilin va opérer un pré-montage de nettoyage (sur les cycles qu’il masterise), ce qui m’allégera le travail, et enfin, nous attendrons d’avoir la majorité d’une saison de montée pour commencer la publication, ce qui garantira une publication en continue des épisodes du let’s play.

Avantages, un rythme accélérer à un épisode toutes les deux semaines et un rythme plus régulier. Contrecoup, il est probable que vous deviez attendre un peu plus entre deux saisons de P1PDD, votre let’s play de jeu de rôle qui sait se faire désirer…

Enregistrement let's play part4

Pour rappel, j’ai écris un épisode sur la méthodologie de montage de ce podcast de let’s play jeu de rôle, vous pouvez lire cela par ici.

Dans les prochains mois

Dans les prochains mois vous découvrirez via le blog de nouvelles infos sur le nouveau MJ, les nouveaux joueurs ainsi que l’univers du Portail des Astres. Pour ne rien manquer, abonnez-vous au flux (ça se fait encore ?) ou tout simplement suivez nous sur Twitter ou Facebook.

N’hésitez pas aussi à nous faire des retours ou nous donner des conseils afin d’améliorer encore façon de jouer et de concevoir ce let’s play de jeu de rôle. Vous avez apprécié telle ou telle chose dans une autre émission, vous avez une idée ? Envoyer nous un petit message.

Enfin pour finir, nous travaillons encore sur notre prochain/nouveau lancement YouTube. Pour nous soutenir, je vous invite à aller vous abonner à notre chaine !

A très vite !

Le principe

Pour rappel, l’idée est de présenter les adaptations faites par d’autres MJ de la campagne du Conclave de Troie. Sharkoux s’est déjà prêté à l’exercice et nous en a parlé ici. C’est maintenant au tour de Ruby qui joue en Allemagne et en allemand !

Le Conclave de Troie selon Ruby

L’adaptation des personnages

Je me suis orienté à l’histoire de base et pendant la construction du background j’ai décidé qui jouerai le rôle de qui. Après ça j’ai influencé la construction avec des propositions et commentaires tel que :

  • Tu ne penses pas que ça serait bien que ton personnage ait un objet qui lui rappelle son passé ? (Montre)
  • Pour montrer l’importance financière de la mission on pourrait dire que tu es même allé jusqu’à cacher une blessure? (Opération)
  • Ça montrerait ton caractère déterminé si tu avais soigné une blessure par toi-même il y a pas si longtemps.

Mais il y avait beaucoup moins à faire que ce que je croyais. Parce qu’ils avaient tous un Background classique de JdR (orphelin insociable). J’ai demandé une page A4 de background et du coup des informations comme ça ne ressortait pas. J’ai rien changé au Background après coup. Les Vision, je les ai faites pendant qu’ils faisaient leur Background. Les Vision de Ward vont parfaitement sur le caractère que sera Ward. L’autre joueur était l’ami d’Alyssandre Steward, qui a disparu mystérieusement du jour au lendemain. Sachant qu’Alyssandre travaillait pour W&B il les a infiltrés en se faisant embaucher pour en apprendre plus. Ils ont vite compris et l’utilisent comme « Bomber » parce qu’il est déjà choqué émotionnellement (le lavage de cerveau est plus facile) et qu’il leur sert à rien sinon. En plus ça tombe bien, car sa famille a rompu le contact. Le dernier est archéologue et a été embauché normalement par W&B. Il est documentaliste mais il a la fâcheuse manie d’être trop curieux. Il a trop fouiné et a découvert qu’ils avaient apparemment participé à la destruction d’une momie au pouvoir magique. Quand il comprend la nature de W&B et étant de nature pacifiste il veut plutôt travailler avec le « paradoxe » pour l ‘utiliser et Ward lui parle d’un plan pour rentrer en contact avec des vampires, mais pour cela il manquerait un Agent. Sans hésitation, il se porte volontaire sans douter de la parole de Ward et quand tout est oublié, il ne peut plus douter.

Zoom sur deux personnages

Le premier personnage s’appelait Gottfried Köhler et était un soldat (les légionnaires, une unité spéciale française) qui se battait à Sarajevo avant d’être poursuivi pour avoir torturé un criminel de guerre. Il a dû fuir et Sir George Blackmoor l’a aidé à se forger une nouvelle identité sous le nom d’Édmond Rochefort. Officiellement Gottfried Köhler est mort en combat et Édmond Rochefort a perdu ses parents dans un accident de voiture. Tous les liens avec son ancienne famille sont rompus. La seule chose qui lui reste est la montre de son père dont il ne se sépare jamais. À W&B tout le monde l’apprécie, probablement à cause de ses liens privilégiés avec Blackmoor.

Le second s’appelle Jibril A. Demont et le background a été rédigé en anglais. Jibril A. Demont (*1976, Paris) was born to Jeanette Demont, a french archeologist. Jeanette D. was happily married to an egyptian archeologist, the two currently live in Cussy-en-Morvan. She and Naji Hassan (he kept his name) originaly worked in Paris (he in Kairo) and traveled often to egypt excavations, where they first met. He and his mother have a great connection, and he also loves his dad, but doesn’t have much contact to him anymore, due to Jibril fearing his anger about Demont’s sexuality. Jibril always was very interested in ancient egypt (because of his parents) as well as in biology. Combining the two subjects he first graduated in biology and archeology, with the goal of specializing later in cryptozoology. First he was part of a research team in egypt, but was strongly dependent of his parents for money. He realized, that he wouldn’t be able to support himself, and gave up. He applied for a job in the Muséum national d’Histoire naturelle and worked there for 5 years. After that time, he tried to focus on cryptozoology and was fired, being accused of unseriousness. Without a job and definitly low on financial resources. He was struggling to search for the right place to work. His current project, trying to find the origin of seth’s animal was filled with passion and determination. Then he found a group of scientists and specialists who finally would take him serious. He felt accepted. And even more determined to find out what’s behind that ancient devils signature animal. His biological and archeological knowledge is very helpful, applying to more than just ancient egypt. He is eager to start the next mission, even though he was wounded during one a few weeks ago (which he didn’t tell his parents), because Blackmoore told him that he would investigate eldritch animals. He is very serious, and concentrated, always thinking about the next problem. Being gay he especially likes egyptian men. He absolutely hates all kinds of vermin and does not like to talk to women. He only phones his mother once a month and he only leaves his house for W&B. The only relation he has is with his mum. W&B lui a fait un lavage de cerveau après avoir aidé son compagnon Alexandre Steward  pour faire des études sur les ancêtres Steward. Alexandre s’est tué pour mettre fin à la malédiction et Dufour est persuadé qu’Arnaud sait quelque chose. C’est la seule raison pourquoi il vit encore. S’il va à la maison de sa mère il apprendra que la maison a été détruite il y a longtemps. Sa « mère » trouvera les plus plates excuses s’il appelle.

Le déroulement

Tout d’abord une différence était qu’un de mes joueurs a dû annuler sa participation à la dernière minute et que du coup ils ne sont que trois. Une autre différence était qu’ils sont allemands et que j’ai dû leur traduire les rapports partiellement. En plus ils avaient des problèmes pour s’orienter dans Paris. Il y avait aussi une grande différence dans leur manière d’agir:

  • Ils n’ont pas fait jouer leurd contacts
  • Ils ne sont pas allés voir la mairie
  • Ils ont vite compris pour l’eau du chantier
  • Ils ont beaucoup plus travaillé avec les rapports
  • Les tombes Aztèque était la cause de tout pour eux (ils y croyaient jusqu’au Bunker)

En général ils se sont beaucoup moins concentrés sur Maxime. Au gîte ils n’ont rien fouillé avant de rentrer. À leurs morts ils ont pensé que tout était de leurs fautes.

  • De mon côté, je n’ai pas dû beaucoup changer :
  • Imprimer une nouvelle feuille pour un joueur
  • Traduire les rapports
  • Écouter chaque épisode 3 fois en notant
  • Apprendre de nouvelles règles
  • Changer leur background (changement mineur)
  • Improviser des scènes

C’était ma première session de cette taille (8h) et j’ai beaucoup aimé. J’ai vite compris que ça serait impossible de demander à mes joueurs de rester sérieux tout le temps, du coup je leur ai dit chaque fois qu’il devait être très sérieux et ils ont été cool pour ça.

(Merci à Nagoz pour les corrections !)

Étape 0 : L’enregistrement

Tout part de là bien évidemment ! J’enregistre notre let’s play de jeu de rôle directement dans Garageband, en mono piste (malheureusement, une limite de ma table). Rien de spécial à dire sur le sujet… de temps en temps on met en pause pour enregistrer… je passe sur les réglages de la table et sur l’installation d’enregistrement car elle est décrite dans un autre post.

Étape 1 : Découpage en épisode

La première étape du montage consiste à prendre l’enregistrement global d’une session de jeu (à peu près 5 heures généralement) et de le découper en épisode de 1h30 environ. Tout d’abord je nettoie rapidement pour couper le lancement de l’enregistrement (tests audio etc.) et la fin. Puis je balaye rapidement l’audio pour trouver les bons points de coupe (avec un bon cliffhanger des familles) et ainsi créer 3 à 4 blocs audio qui seront les futurs épisodes. Une fois cela fait il faut dupliquer un peu d’audio pour reprendre une partie de la scène de la fin d’un épisode au début du suivent. Pour finir les blocs sont fusionnés pour créer un fichier AIFF par épisode. A ce stade, aucun traitement du son n’est fait et je travail en AIFF pour ne rien perdre de la qualité.

Temps estimé : 1h

Enregistrement let's play part1

Découpage du chapitre 5 de la saison 2

Étape 2 : Nettoyage d’un épisode

La deuxième étape est la plus chronophage généralement. J’importe le fichier AIFF de l’épisode concerné dans un template de projet Garageband qui intègre le squelette de l’intro. Il s’agit ensuite d’écouter l’épisode et de procéder à la suppression des bruits parasites (heuuu, toux, appel téléphonique…) et des digressions inutiles (explications ou recherche de règle, blague qui briserait trop l’ambiance…) mais aussi raccourcir les jets de dès voir en supprimer. Le niveau de gain est constamment adapté pour compenser les différences entre les joueurs (merci le mono piste !) et des rampes sont mises en place pour adoucir les reprises de parole. En même temps je compose une petite cartographie de l’épisode avec le timing des moments forts et les éventuels besoin de bruitage, ce qui me sera utile à la phase suivante. Il peut aussi être nécessaire de découper des apartés et voir  à quel moment et dans quel ordre les intégrer. Une fois tout cela fait, les grands blocs audio sont fusionnés pour pouvoir être plus facilement manipulés à la phase suivante. Tout cela prend généralement 2 fois la durée de l’épisode, c’est assez variable entre un épisode où les joueurs discutent, un autre avec plein de combat et de jets de dès ou un dernier avec un joueur avec une toux persistante…

Temps estimé : 3h

Enregistrement let's play part2

Nettoyage de l’épisode #14 de la saison 2 (les premiers blocs ayant déjà été fusionnés)

Étape 3 : Introduction et conclusion

La troisième étape consiste à enregistrer l’intro et la conclusion de l’épisode (ou je les fais parfois en lot) puis de les intégrer. Pour l’introduction, j’ai plusieurs longueur de générique que j’ai rebouclé afin de pouvoir m’adapter aux différentes durées du résumé de l’épisode précédent.

Temps estimé : 1h

Enregistrement let's play part3

La conclusion de l’épisode #14

Étape 4 : L’habillage musical

La quatrième étape consiste à habiller musicalement l’épisode. Probablement la deuxième étape la plus longue et celle dont la durée est la plus variable en fonction de l’épisode, de l’inspiration, du travail préalable de sourcing des musiques…  Je passe pas mal de temps en dehors des montages à accumuler des titres, les classer etc. Je ne compterai ici que la propre à l’épisode.

J’essaie généralement de créer une thématique sonore par épisode ou par session de jeu. A minima il y a un travail d’adaptation du gain afin d’assurer un bon équilibre sonore pour que tout ce qui est dit reste audible pour l’auditeur (contrairement à un film on ne peut pas avoir du visuel + un audio qui prend le pas car nous n’avons qu’un audio). Il m’arrive aussi souvent de mixer les musique afin de créer des boucles ou des effets. On le voit dans le visuel par la superposition des pistes musicales. Et j’essaie de bien identifier les envolés ou des points particulier dans les musiques pour les faire correspondre à la narration.

Enfin pour finir il faut trouver la musique de fin et monter tout ça (transition avec la fin et intégration avec la conclusion).

Temps estimé : 2-3h

Enregistrement let's play part4

L’intégralité de l’épisode #14 avec l’habillage musical

Étape 5 : Le traitement du son

Pas vraiment une étape car en fait j’utilise la config de mon template Garageband. La piste des voix est traité avec un peu de voice enhancer et une réduction des graves (car j’ai des micros un peu sourds…). Et il faut savoir que de base il y a un peu de compression sur ma table.

Temps estimé : 0h

Étape 6 : Export

Un export en mp3 à mp3 192 kbps. Je désactive la normalisation du son de Garageband à l’export.

Temps estimé : 0h

Enregistrement let's play part6

Le fichier mp3 exporté

Et voilà ! Ensuite il y a une réécoute en diagonale du MP3 et ça part chez les beta auditeurs !

Au total, hors préparation du jeu et enregistrement, on est donc à 7-8h pour un épisode de 1h30.

 

EDIT : J’AI, DEPUIS L’ÉCRITURE DE CET ARTICLE, ACHETÉ UNE NOUVELLE TABLE PERMETTANT L’ENREGISTREMENT EN MULTI-PISTE. CELA DEVRAIT ACCÉLÉRER LES CHOSES NIVEAU MONTAGE. JE FERAIS UN NOUVEL EDIT DE CET ARTICLE APRÈS MES PREMIERS TESTS !

Nous l’évoquions précédemment sur le blog, un grand travail d’illustration était en cours, il est temps de vous donner quelques news sur le sujet.

En effet, ça y est, le travail d’illustration du premier cycle de notre podcast de liveplay de jeu de rôle, c’est à dire les deux premières saisons, est terminé !

Mac Bess a ainsi réalisé une illustration par épisode, c’est à dire pas moins de 35 visuels d’une qualité exceptionnelle ! A cela s’ajoute une bannière et une miniature pour chacune des saisons. Un immense merci à lui.

Pour fêter cela nous avons décidé de vous en dévoiler quelques unes… n’hésitez pas à cliquer pour les voir en plein écran.

Bannière de la saison 1 – Le Conclave de Troie
Miniature de la saison 1 – Vous avez la ref ?
Bannière de la saison 2 – La Croisière s’amuse

Pour rappel ces visuels seront utilisés pour illustrer les épisodes sur Youtube. Ils seront aussi associés aux pages d’épisodes sur ce site. Leur publication se fera donc au même rythme que la republication des épisodes sur Youtube, c’est à dire une par semaine. Cette publication ne commencera en revanche qu’en février-mars.

Dans l’attente de vos premières impressions et Mac Bess ne manquera pas de répondre à vos éventuelles questions dans les commentaires !

Tamara dans son caisson en route vers l’Antarctique (visuel non utilisé)

Le principe

Nombreux ont été les maitres de jeu qui m’ont sollicité afin d’obtenir le scénario du Conclave de Troie pour le faire jouer à leurs joueurs. La mise en forme de mes notes pour cette campagne n’étant pas dans mes priorités, ils ont malheureusement du se contenter du Livre du PJ et de notre podcast de liveplay JDR.

Vous sachant aussi curieux que moi sur ce que pourrait donner cette campagne de jeu de rôle dans les mains d’autres joueurs, j’ai décidé d’ouvrir ce blog aux autres MJ la faisant jouer. Je publierai au fur et à mesure leur résumé de parties et leurs impressions, suivi de mon commentaire éventuel.

Sans doute une occasion supplémentaire de constater la richesse du jeu de rôle !

Le Conclave de Troie selon Sharkoux

Bonjour, je m’appelle Gaëtan et j’ai décidé d’adapter la campagne « Le Conclave de Troie » à ma table de jeu de rôle. Piouf m’a proposé d’écrire un petit texte pour revenir sur les ressemblances et divergences entre les deux tables.

J’ai mis beaucoup de temps à me lancer car j’avais dévoilé certains éléments de l’intrigue à ma joueuse principale lors d’une conversation plusieurs mois auparavant. C’était avant que j’ai l’idée de faire jouer la campagne, en discutant alors du podcast de P1PDD. N’ayant pas beaucoup de joueurs autour de moi, et une joueuse au courant qu’il s’agissait d’un scénario d’introduction à Vampire la Mascarade, j’ai repoussé le projet jusqu’alors.
Finalement, j’ai pris la décision d’adapter quand même la campagne, en partant du principe qu’on avait le droit de faire ce qu’on voulait tant que l’on s’amusait bien tous ensemble. J’ai rapidement réuni deux joueuses et un joueur pour former ma table de jeu.

Soraya, personnage d’une de mes joueuses. Elle pense que son frère est mort tué par un vampire et que W&B ont étouffé l’affaire

Pour préparer la campagne, j’ai d’abord réécouté plusieurs fois la campagne afin d’en tirer des notes sur les évènements principaux. Le plus important était d’arriver à en tirer les grandes lignes directrices, les étapes clefs et surtout les intentions de Piouf afin de pouvoir facilement improviser quand mes joueuses et joueurs allaient sortir des rails.Choses qu’ils risquaient fort de faire dès les premières minutes. Dans cette campagne, on sait ce que les joueurs de Piouf ont fait, mais on ne sait pas ce qu’ils auraient pu faire, les pistes non explorées, les conséquences de choix qu’ils n’ont pas fait, etc. Au final, tout cela me laisse une marge d’interprétation, qui est quand même forte amusante: il faut bien que le MJ s’amuse lui aussi.

La deuxième étape qui m’inquiétait beaucoup, c’était le background des personnages. J’ai hésité un instant à utiliser les personnages de P1PDD comme des pré-tirés. Mais j’ai rapidement écarté cette idée en me disant qu’une part importante de l’intérêt de cette campagne était l’implication des joueuses et joueurs à travers leurs personnages. Je m’attendais d’ailleurs à devoir réécrire une grande partie des scénarios à cause des divergences de background.
Au final, même avec le personnage de ma joueuse au courant de l’existence des vampires, un autre personnage un peu farfelu et qui croit aux esprits et un croque-mort sceptique au dernier degré, je n’ai guère eu besoin de toucher au cœur du scénario. La campagne de P1PDD à cette force que le contexte est suffisamment évocateur pour réussir sans problème à justifier les histoires des uns et des autres.

Lila, le personnage d’une de mes joueuses. Imprégnée, elle a souvent des hallucinations.

Au final, ce qui m’a causé le plus de soucis, c’est ma décision de transposer les évènements de Paris à… Marseille. Et oui, les joueurs étaient tous originaires du sud, il me semblait important que l’action se déroule dans un environnement connu d’eux et non dans une ville où ils ont jamais mis les pieds. Les phases de bac à sable nécessitent que les participants puissent improviser facilement et avec spontanéité. Désolé pour les Parisiens, mais Ward & Blackmoor ont déménagé leurs locaux à la Tour CMA/CGM sur les docks de Marseille.
Si cela n’a strictement rien changé pour la première partie du scénario à Breaumont le Cerf (petit village des Cévennes), il a fallu réécrire toute la situation politique du monde Vampirique. Exit l’Elysium du Louvre, laissez place à l’Elysium du Mucem.

Rassurez-vous, l’objectif d’Itération X est toujours de faire tomber François Villon, mais en déclenchant cette fois une guerre civile vampirique dans la seconde plus grande citée de France. Marseille est une ville où les Anarch sont à fleur de peau, où on a aperçu des membres du Sabbat et où les clans indépendants sont présent en nombre (Giovannie, Seth, Assamites). Si jamais Itération X venait à faire un massacre à l’Elysium, en mettant tous sur le dos d’Infants Toréador proche de Villon, celui-ci serait dans de sales draps.

Le siège de W&B à Marseille

Dans les anecdotes de jeu, on peut déjà dire qu’aucun biker n’a été maltraité durant la partie. Les personnages féminins malmenés par ce groupe de goujats sur motos s’en sont tirées avec finesse, subtilité et des intimidations discrètes mais appuyées. J’ai pu constater avec amusement que mon groupe avait grosso-modo comprit que l’eau du chantier avait été contaminée dès la lecture des rapports, avant même d’arriver sur place. Ils avaient tout compris au bout de 10 minutes de jeu ! Ils pensaient même que cette contamination était accidentelle, mais que le chantier n’était pas étranger à ce qui se passait en forêt. Heureusement, impossible pour des joueurs d’être sûr d’une intuition, même si elle est bonne. Cela n’a donc pas empêché 2 bonnes heures d’enquêtes par la suite et de tomber sur quelques fausses pistes.
En ayant un croque-mort dans l’équipe, ils ont pu assister à l’autopsie de Raphaël Raimaut et enquêter dans l’hôpital. Par contre, ils n’ont jamais rencontré le Maire, et la piste du financement douteux du FN n’a guère été suivie.
Quelques critiques bien senti durant leur balade en forêt ont failli compromettre l’enquête, mais avec un peu d’astuce, ils ont fini par prendre les dealers sur le fait dans leur labo secret. Comme le groupe de Piouf, ils ont eu la présence d’esprit de prendre des photos et des vidéos avant de courir au secours du scientifique dans son chalet. C’est d’ailleurs durant l’épisode du chalet et la rencontre avec leur futur Sir qu’eut lieu un évènement cocasse : un magnifique fumble de ma part à fait croire à un personnage qu’il pouvait réellement apaiser la créature qui venait de tuer deux de ses camarades. Une lueur d’espoir qui s’est terminée dans une mare de sang…

J’attends la suite avec impatiente, car c’est dans les phases de bac à sable que les choses vont réellement diverger entre la campagne officielle et la mienne.

Et ma joueuse au courant qu’on joue à Vampire la Mascarade? Elle est toujours persuadé que Jane Demay est une vampire, ainsi que M. Ward et M. Blackmoor. Ceux-ci formeraient un groupe de vampire chargé de protéger le secret de leur existence aux yeux des mortels en étouffant le résultat de leurs enquêtes…

Le commentaire de Piouf

Tout d’abord un grand merci à Sharkoux pour ce superbe résumé de la première session de jeu.

Le background des joueurs

Sharkoux a eu raison de laisser les joueurs créer leurs backgrounds, c’est un élément primordial afin d’assurer leur investissement émotionnel dans l’histoire de leur personnage. Cela augmentera en effet considérablement l’impact de la future remise en question de cette histoire personnelle. Seuls quelques éléments paraissant mineurs doivent être ajoutés tels que les récentes opérations et la montre de Ward. En résumé, il est plus habile et efficace de construire, de détourner le background imaginé par les joueurs que de leur imposer une histoire qui sera tout de suite suspecte et qui limitera leur implication émotionnelle.

De la finesse et de l’analyse

Les joueurs, dans P1PDD, auraient-ils pu passer plus de temps sur les rapports ? Certainement 😉 A leur décharge je pense que l’enregistrement de la partie a faussé leur approche de la chose. Il n’y a en effet rien de moins radiophonique que 4 personnes qui bouquinent en silence des rapports écrits… Si vous prévoyez de faire jouer cette campagne, attendez-vous à ce que vos joueurs exploitent beaucoup plus les rapports.

Quant aux bikers, c’est la richesse du jeu de rôle, des caractères des joueurs et des personnages qu’ils incarnent. Il est possible que certains des joueurs de P1PDD aient un profil plus sanguin et social justice warrior 😉

A très vite pour la suite des aventures de Sharkoux et ses joueurs !

Un petit post chers auditeurs pour vous annoncer qu’un superbe travail d’illustration de la saison 1 est en cours grâce au talent et à la générosité de Mac Bess, un fidèle auditeur. Ce post est illustré de quelques esquisses de travail pour teaser un peu mais je précise qu’il s’agit vraiment de travaux très partiels comparé au résultat final.

 

Le gîte – Visuel réalisé par Mac Bess

 

Nous réalisons un grand visuel par épisode ainsi qu’une bannière et miniature par saison. Grâce à cela nous allons pouvoir produire de nouvelles vidéos illustrées pour publier sur Youtube. Dès que tout sera prêt nous allons donc supprimer les quelques anciens épisodes sur Youtube et relancer une publication régulière des saisons 1 et 2, épisode par épisode, en vidéo. Alors certes l’aspect « vidéo » sera très limitée mais une population importante de consommateur d’actual play se trouvent sur cette plateforme, nous espérons que ces illustrations nous permettra de les séduire.

 

Scène de crime sur le chantier de Weyland Wood – Visuel réalisé par Mac Bess

 

Au fur et à mesure des publications, les posts d’origine sur ce site seront aussi mis à jour pour publier les nouveaux visuels et une annonce sera faite sur les réseaux sociaux afin que vous en soyez informé. On espère que cela vous plaira 🙂

 

Baston chez les motards – Visuel réalisé par Mac Bess

 

Lucien, Tamara, Alyssandre et Mathieu – Visuel réalisé par Mac Bess

J’ai eu l’honneur de participer à une sorte de débat sur l’actual play de jeu de rôle et plus précisément sur comment les actual plays transforment le jeu de rôle sa perception de notre loisir, sa pratique, son game design… etc.

Le format est original car, à défaut de débat en direct, chacun des intervenants a enregistré des interventions de 10 minutes chacun de son côté, d’où son nom de Frankenstein. Sur l’impulsion de Thomas Munier, de nombreux créateurs de liveplay de jeu de rôle ont participé dont notamment : Jean-Michel Abrassart  (ClubJDR), FibreTigre (Game of Roles), Volsung (2d6+Cool)… permettant ainsi de découvrir les différentes conceptions de cette pratique. On découvre ainsi des motivations et des visions très différentes, expliquant en grande partie les différences de styles de chacune de ces créations.

Vous pouvez écouter la version complète (2h40) sur le site Outsider, et voici mon intervention (Piouf) isolée en téléchargement direct, pour les fainéants.

 


Vous trouverez une retranscription de mon intervention ci dessous :

Salut à tous c’est Piouf

Pour ceux qui ne me connaitrait pas je suis podcasteur depuis de 2010 avec notamment feu Bazingcast. J’ai créé il y a deux ans le podcast d’actual play Pour une Poignée de Dés ou P1PDD pour les intimes dont la deuxième saison se termine en ce moment. J’ai aussi participé occasionnellement à Club JDR.

Je vais vous parler de ma pratique du jeu de rôle en deux mots pour que vous ayez un peu de contexte.

Ma découverte du jeu de rôle, et ma pratique pendant longtemps , s’est faite sans règles, loin des manuels de jeu de rôle et des univers déjà préparé. Après cela ma pratique a évolué plus classiquement mais pour autant je n’ai jamais joué à un scénario non maison, et très peu dans des univers non-maison à l’exception de World of Darkness. Cependant je pense que je reste paradoxalement un joueur de jeu de rôle classique. La conséquence de tout cela est que je n’ai que très peu de culture roliste et que j’ai joué à très peu de jeu en réalité.

Contrairement à beaucoup de créateurs d’actual play je pense, je suis arrivée à l’actual play plus par le podcast que par le jeu de rôle. Cela faisait plus de 15 ans que je n’avais pas fait de jeu de rôle en revanche j’avais fait pendant de nombreuses années du podcast audio avec Bazingcast qui a eu un grand succès en son temps. Dans ma démarche de création de P1PDD je suis donc plus parti du podcast pour aller vers le jeu de rôle que l’inverse et je pense que cela a une réelle incidence sur ma vision du média.

Quel est la place de l’actuel Play. Si on résume les interventions précédentes celui ci peut servir à :

– pour les participants simplement pouvoir jouer, il est en effet l’extension facile et naturel du jeu de rôle en ligne qui permet une pratique plus facile

– il peut aussi être un prétexte à jouer pour ceux ayant besoin de renouveller leur motivation

– C’est aussi une façon de donner de la postérité à ses sessions de jeu dont certaines scènes continuent d’alimenter les conversations nostalgiques plusieurs années plus tard

– pour les auditeurs il peut être un substitut à une pratique qu’ils n’ont plus le temps de faire

– il peut aussi être un moyen de découvrir des jeux, d’autres façons de pratiquer le jeu de rôle

– il permet de promouvoir ce hobby

– il peut être pour des auteurs une façon de faire la promo de son jeu

– pour d’autre il est une activité conviviale pour faire la promo d’invités

– et enfin il peut être vu comme un moyen de créer autre chose et c’est ce dernier point qui m’intéresse.

En effet la principale fracture pour moi se trouve entre ceux qui aiment avant tout le JDR et qui l’enregistre pour l’une des raisons évoquées précédemment, et ceux, comme moi et, j’ai l’impression Fibre Tigne, qui certes aiment le JDRmais qui ont comme objectif principal de créer un contenu pour le spectateur, un spectacle peut être pour Game of Roles ou une fiction sonore pour mon podcast Pour une Poignée de Dés.

Personnellement mon objectif avec le liveplay n’est donc pas de jouer au jeu de rôle mais d’utiliser celui-ci comme moyen de création original d’une fiction sonore pour une personne extérieure.

Mon « client » principal est donc avant tout l’auditeur.

Le liveplay tel que je le pratique me permet de relever un challenge de création, celui de créer une fiction intéressante pour le spectateur mais sans la maitrise totale du script et des dialogues.

Je rejoint FibreTigre sur l’infinie richesse du jeu de rôle comparé aux limites des films et série. Avec le liveplay mon objectif est de réussir à insuffler cette richesse dans une création narrative intéressante pour le spectateur. Ce dernier prend je pense en effet un plaisir décuplé à voir se dérouler une fiction dont il sait que l’auteur n’a pas simplement eu à écrire l’histoire en étant une puissance omnisciente sur les réactions des personnages et les hasards des actions. Cela rejoint probablement mon approche assez libérale du jeu de rôle et mon gout particulier pour le PVP. Le jeu des personnages est aussi beaucoup plus intéressant pour le spectateur car ils ont un réel libre arbitre dans l’histoire. Cela permet de créer pour moi une sorte de fiction très réaliste, quelque chose d’assez unique. 

Alors certes dans ce cas là on efface certaine composante du JDR au profit de la narration (explication de règle, jet de dés, débat technique, etc.), c’est un choix clair qui peut peut être biaiser l’image du jeu de rôle. L’intensité de montage est d’ailleurs un indice flagrant de l’objectif de l’auteur : Ceux qui auront pour objectif de s’amuser/de jouer ne couperons rien, ceux qui souhaitent faire découvrir un jeu ne couperons pas les explications de règles ou les jets de dés alors qu’enfin ceux souhaitant créer un récit pour l’auditeur (comme moi) couperons plus drastiquement.

Pour résumer, en faisant quelques recherchent on se rend bien compte qu’il y a une forte hétérogénéité des styles de actual play et cela s’explique en fait par des motivations très différentes derrière cette pratique et non simplement une différence de niveau de qualité. Les objectifs sont différents et les priorités sont donc aussi différentes. Jouer beaucoup pour son fun perso, faire découvrir/tester pleins de systèmes de jeux, donner de la postérité à ses parties, créer un spectacle live ou une fiction.

Par dessus la richesse déjà immense des différentes pratique de jeu de rôle s’ajoute donc celle des différents types de liveplay, et c’est une bonne nouvelle. Le défit va être de réussir à guider les auditeurs vers les contenus qui leur conviendrons dans cette jungle du mot valise actual play. Peut être devrions nous enrichir le vocabulaire de ce nouveau contenu en définissant des termes plus précis pour chacun des types de contenus.

Merci Thomas pour cette opportunité de présenter mon point de vue et merci à tous les autres participants pour leurs explications qui m’ont moi même aidé à y voir plus clair dans ma pratique. 

La vie des rares habitants humains de l’Antarctique reste bien mystérieuse pour le grand public. Il est en effet assez difficile d’imaginer le niveau d’isolement et les conditions climatiques dans lesquelles évoluent les chercheurs et leurs équipes sur place pendant de nombreux mois.

Bol de nouille à -65°C à la Station Concordia – Photo de Cyprien Verseux – © ESA / PNRA / IPEV

 

Pour en apprendre plus sur le sujet et mieux apprécier les conditions dans lesquelles évoluent actuellement nos joueurs dans ce jeu de rôle, je vous invite à aller jeter un oeil au blog de Cyprien Verseux intitulé Mars la blanche et à cet article de l’Express à son sujet. Cela permettra de compenser un peu mes manques de descriptions et le passage un peu express à Dumont d’Urville et Concordia dans le dernier épisode de notre let’s play JDR…

 

Cyprien Verseux par son coéquipier Marco B. . Au coeur de la nuit polaire, pendant une aurore australe. – © ESA / PNRA / IPEV

 

 

Déchargement de l’Astrolabe, de la banquise à Dumont d’Urville, en janvier 2018 – © ESA / PNRA / IPEV