Le Conclave de Troie selon… Sharkoux – Part 1

14 janvier 2019

Le principe

Nombreux ont été les maitres de jeu qui m’ont sollicité afin d’obtenir le scénario du Conclave de Troie pour le faire jouer à leurs joueurs. La mise en forme de mes notes pour cette campagne n’étant pas dans mes priorités, ils ont malheureusement du se contenter du Livre du PJ et de notre podcast de liveplay JDR.

Vous sachant aussi curieux que moi sur ce que pourrait donner cette campagne de jeu de rôle dans les mains d’autres joueurs, j’ai décidé d’ouvrir ce blog aux autres MJ la faisant jouer. Je publierai au fur et à mesure leur résumé de parties et leurs impressions, suivi de mon commentaire éventuel.

Sans doute une occasion supplémentaire de constater la richesse du jeu de rôle !

Le Conclave de Troie selon Sharkoux

Bonjour, je m’appelle Gaëtan et j’ai décidé d’adapter la campagne « Le Conclave de Troie » à ma table de jeu de rôle. Piouf m’a proposé d’écrire un petit texte pour revenir sur les ressemblances et divergences entre les deux tables.

J’ai mis beaucoup de temps à me lancer car j’avais dévoilé certains éléments de l’intrigue à ma joueuse principale lors d’une conversation plusieurs mois auparavant. C’était avant que j’ai l’idée de faire jouer la campagne, en discutant alors du podcast de P1PDD. N’ayant pas beaucoup de joueurs autour de moi, et une joueuse au courant qu’il s’agissait d’un scénario d’introduction à Vampire la Mascarade, j’ai repoussé le projet jusqu’alors.
Finalement, j’ai pris la décision d’adapter quand même la campagne, en partant du principe qu’on avait le droit de faire ce qu’on voulait tant que l’on s’amusait bien tous ensemble. J’ai rapidement réuni deux joueuses et un joueur pour former ma table de jeu.

Soraya, personnage d’une de mes joueuses. Elle pense que son frère est mort tué par un vampire et que W&B ont étouffé l’affaire

Pour préparer la campagne, j’ai d’abord réécouté plusieurs fois la campagne afin d’en tirer des notes sur les évènements principaux. Le plus important était d’arriver à en tirer les grandes lignes directrices, les étapes clefs et surtout les intentions de Piouf afin de pouvoir facilement improviser quand mes joueuses et joueurs allaient sortir des rails.Choses qu’ils risquaient fort de faire dès les premières minutes. Dans cette campagne, on sait ce que les joueurs de Piouf ont fait, mais on ne sait pas ce qu’ils auraient pu faire, les pistes non explorées, les conséquences de choix qu’ils n’ont pas fait, etc. Au final, tout cela me laisse une marge d’interprétation, qui est quand même forte amusante: il faut bien que le MJ s’amuse lui aussi.

La deuxième étape qui m’inquiétait beaucoup, c’était le background des personnages. J’ai hésité un instant à utiliser les personnages de P1PDD comme des pré-tirés. Mais j’ai rapidement écarté cette idée en me disant qu’une part importante de l’intérêt de cette campagne était l’implication des joueuses et joueurs à travers leurs personnages. Je m’attendais d’ailleurs à devoir réécrire une grande partie des scénarios à cause des divergences de background.
Au final, même avec le personnage de ma joueuse au courant de l’existence des vampires, un autre personnage un peu farfelu et qui croit aux esprits et un croque-mort sceptique au dernier degré, je n’ai guère eu besoin de toucher au cœur du scénario. La campagne de P1PDD à cette force que le contexte est suffisamment évocateur pour réussir sans problème à justifier les histoires des uns et des autres.

Lila, le personnage d’une de mes joueuses. Imprégnée, elle a souvent des hallucinations.

Au final, ce qui m’a causé le plus de soucis, c’est ma décision de transposer les évènements de Paris à… Marseille. Et oui, les joueurs étaient tous originaires du sud, il me semblait important que l’action se déroule dans un environnement connu d’eux et non dans une ville où ils ont jamais mis les pieds. Les phases de bac à sable nécessitent que les participants puissent improviser facilement et avec spontanéité. Désolé pour les Parisiens, mais Ward & Blackmoor ont déménagé leurs locaux à la Tour CMA/CGM sur les docks de Marseille.
Si cela n’a strictement rien changé pour la première partie du scénario à Breaumont le Cerf (petit village des Cévennes), il a fallu réécrire toute la situation politique du monde Vampirique. Exit l’Elysium du Louvre, laissez place à l’Elysium du Mucem.

Rassurez-vous, l’objectif d’Itération X est toujours de faire tomber François Villon, mais en déclenchant cette fois une guerre civile vampirique dans la seconde plus grande citée de France. Marseille est une ville où les Anarch sont à fleur de peau, où on a aperçu des membres du Sabbat et où les clans indépendants sont présent en nombre (Giovannie, Seth, Assamites). Si jamais Itération X venait à faire un massacre à l’Elysium, en mettant tous sur le dos d’Infants Toréador proche de Villon, celui-ci serait dans de sales draps.

Le siège de W&B à Marseille

Dans les anecdotes de jeu, on peut déjà dire qu’aucun biker n’a été maltraité durant la partie. Les personnages féminins malmenés par ce groupe de goujats sur motos s’en sont tirées avec finesse, subtilité et des intimidations discrètes mais appuyées. J’ai pu constater avec amusement que mon groupe avait grosso-modo comprit que l’eau du chantier avait été contaminée dès la lecture des rapports, avant même d’arriver sur place. Ils avaient tout compris au bout de 10 minutes de jeu ! Ils pensaient même que cette contamination était accidentelle, mais que le chantier n’était pas étranger à ce qui se passait en forêt. Heureusement, impossible pour des joueurs d’être sûr d’une intuition, même si elle est bonne. Cela n’a donc pas empêché 2 bonnes heures d’enquêtes par la suite et de tomber sur quelques fausses pistes.
En ayant un croque-mort dans l’équipe, ils ont pu assister à l’autopsie de Raphaël Raimaut et enquêter dans l’hôpital. Par contre, ils n’ont jamais rencontré le Maire, et la piste du financement douteux du FN n’a guère été suivie.
Quelques critiques bien senti durant leur balade en forêt ont failli compromettre l’enquête, mais avec un peu d’astuce, ils ont fini par prendre les dealers sur le fait dans leur labo secret. Comme le groupe de Piouf, ils ont eu la présence d’esprit de prendre des photos et des vidéos avant de courir au secours du scientifique dans son chalet. C’est d’ailleurs durant l’épisode du chalet et la rencontre avec leur futur Sir qu’eut lieu un évènement cocasse : un magnifique fumble de ma part à fait croire à un personnage qu’il pouvait réellement apaiser la créature qui venait de tuer deux de ses camarades. Une lueur d’espoir qui s’est terminée dans une mare de sang…

J’attends la suite avec impatiente, car c’est dans les phases de bac à sable que les choses vont réellement diverger entre la campagne officielle et la mienne.

Et ma joueuse au courant qu’on joue à Vampire la Mascarade? Elle est toujours persuadé que Jane Demay est une vampire, ainsi que M. Ward et M. Blackmoor. Ceux-ci formeraient un groupe de vampire chargé de protéger le secret de leur existence aux yeux des mortels en étouffant le résultat de leurs enquêtes…

Le commentaire de Piouf

Tout d’abord un grand merci à Sharkoux pour ce superbe résumé de la première session de jeu.

Le background des joueurs

Sharkoux a eu raison de laisser les joueurs créer leurs backgrounds, c’est un élément primordial afin d’assurer leur investissement émotionnel dans l’histoire de leur personnage. Cela augmentera en effet considérablement l’impact de la future remise en question de cette histoire personnelle. Seuls quelques éléments paraissant mineurs doivent être ajoutés tels que les récentes opérations et la montre de Ward. En résumé, il est plus habile et efficace de construire, de détourner le background imaginé par les joueurs que de leur imposer une histoire qui sera tout de suite suspecte et qui limitera leur implication émotionnelle.

De la finesse et de l’analyse

Les joueurs, dans P1PDD, auraient-ils pu passer plus de temps sur les rapports ? Certainement 😉 A leur décharge je pense que l’enregistrement de la partie a faussé leur approche de la chose. Il n’y a en effet rien de moins radiophonique que 4 personnes qui bouquinent en silence des rapports écrits… Si vous prévoyez de faire jouer cette campagne, attendez-vous à ce que vos joueurs exploitent beaucoup plus les rapports.

Quant aux bikers, c’est la richesse du jeu de rôle, des caractères des joueurs et des personnages qu’ils incarnent. Il est possible que certains des joueurs de P1PDD aient un profil plus sanguin et social justice warrior 😉

A très vite pour la suite des aventures de Sharkoux et ses joueurs !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Pour une Poignée de Dés © 2018