Le background de Mathieu Villard

23 septembre 2015

Nom : Mathieu Villard

Joueur : Griffooo

Age : 37 ans

Mathieu Villard est né en banlieue en 1975 d’une famille aux moyens modestes. Il est un enfant plutôt solitaire sans beaucoup d’amis, et va très vite se réfugier dans les jeux vidéo et les romans pour oublier sa vie misérable. Ses parents décèdent alors qu’il a 14 ans. Son père d’une maladie grave inexpliquée, sa mère d’un suicide. Déjà renfrogné, il va peu à peu s’isoler après avoir été récupéré par sa grand-mère. Il va peu à peu se passionner pour les théories du complot et à leur démantèlement et va donc chercher à devenir journaliste pour confronter les faits à la rumeur.

Après des études brillantes au lycée, puis à la fac d’histoire, il va rentrer en école de journalisme. Il finira deuxième de sa promo à l’ESJ Lille. Malgré cette réussite scolaire, la mort de ses parents continue à l’obséder et il cherche à comprendre comment cela a pu arriver, sans toutefois trouver de réponse suffisamment convaincante.

Après ses études, il refusera les propositions de certains grands médias généralistes et décidera de travailler tout seul. Pendant cinq ans, il va travailler en tant que freelance sur des sujets variés comme le reportage de guerre, l’économie et la politique.

Un jour, alors qu’il enquête sur une personnalité, il apprend l’existence et l’activité de l’agence W&B. Il découvre notamment que sous ses couverts d’agence de détective, elle participe également à des activités paranormales. Il se renseigne alors davantage et parvient à entrer en contact avec George Blackmoor. Fasciné par sa curiosité, son instinct et son acharnement, Blackmoor va répondre à certaines de ses questions et le convaincre de travailler au sein de l’agence.

Mathieu Villard ne pourra évidement plus exercer son activité de journaliste à plein temps mais, avec le soutient de Blackmoor à la condition qu’il ne mentionne jamais l’agence et ses clients, il continuera à travailler sur certains sujets qui l’intéressent, notamment pour le compte du Réel, un site Internet d’investigation. Il n’a de contact qu’avec son rédacteur en chef, Raymond Boisron, qui l’a connu à l’ESJ, quasi exclusivement par mail. Raymond Boisron connait son nom, son prénom et son visage, mais ignore tout de l’activité d’agent de Mathieu Villard, qui écrit ses articles sous le pseudonyme de Bernard (le prénom de son père) Martin (le nom de jeune fille de sa mère). Mathieu choisit ses sujets, utilise son activité de journaliste pour se renseigner pour certaines enquêtes de l’agence, et étendre son carnet d’adresses. En moyenne, il n’écrit qu’un article par mois, mais le rythme reste très irrégulier. Choisissant lui-même ses sujets, il refuse d’enquêter pour Le Réel sur un client de l’agence afin de respecter son accord avec Blackmoor. Ce dernier l’encourage à écrire, il va même aller jusqu’à lui proposer des sujets, tous très pertinents et documentés. En revanche il exerce une pression sournoise mais constante afin d’être tenu au courant en amont des sujets abordés par le journaliste. Cela ne manquera pas de provoquer des tensions entre eux rapidement.

S’il a entendu des bruits de couloir dans l’agence sur l’existence de phénomènes paranormaux, il ne peut y croire, étant avant tout quelqu’un de rationnel. Cependant, il n’arrive toujours pas à comprendre la mort brutale de son père, celle-ci restant à ce jour inexpliquée.

Bien qu’il ne soit pas très social il semble que le personnel de l’agence dans son ensemble l’apprécie. Une attention dont il se passerait bien et qu’il attribue à sa relation privilégiée avec Blackmoor, leur patron.

De son père Mathieu n’a gardé qu’une montre dont il ne se sépare jamais, c’est le seul objet qui le lie encore à son histoire familiale. 

Il a très régulièrement des cauchemars, certains plutôt calmes dont il ne comprend pas vraiment le sens, et d’autres, atroces, dont il traine parfois les séquelles pendant plusieurs heures après son réveil.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

One comment on “Le background de Mathieu Villard

Pour une Poignée de Dés © 2017